prix Roberval Accueil Prix Roberval
prix Roberval Découvrir Prix Roberval
prix Roberval Évaluation Prix Roberval
prix Roberval Concours Prix Roberval
prix Roberval Palmarès Prix Roberval
prix Roberval Réseaux Prix Roberval
prix Roberval Nous contacter Prix Roberval

La course contre le dopage : perdue d'avance ?


Erol CETINER

Erol Cetiner est journaliste et réalisateur de documentaires. Il a commencé son parcours par un Master en Biologie. Des études qui ont l'avantage de couvrir une large palette de disciplines scientifiques, ce qui l'aide encore beaucoup aujourd'hui pour la préparation de ses documentaires. 
Après quelques années comme chercheur à l'Université de Mons-Hainaut en Belgique, il a complété sa formation par un Master en journalisme à l'Université Catholique de Louvain.
Ses premiers pas dans la vulgarisation il les fait au quotidien La Libre Belgique et dans les pages de son supplément Planète Sciences.
Ensuite il entre en contact avec la rédaction du magazine  Matière Grise de la chaîne publique RTBf.
Et là c'est tout autre chose : un documentaire télé, même court, nécessite beaucoup de préparation, et surtout il faut apprendre à penser en images!  Depuis, une fructueuse collaboration s'est mis en place, qui lui a permis d’aborder des sujets aussi divers que l'Apithérapie, le Don d'Organe, Les Prothèses Auditives, L'Autisme, le Dopage...


Patrice GOLDBERG

Patrice GOLDBERG est responsable du département Sciences de la RTBF. Il assume les fonctions de rédacteur en chef, producteur, présentateur et journaliste principal de Matière Grise, il est co-auteur de tous les films qui y sont réalisés. Il donne et anime régulièrement des conférences sur la vulgarisation scientifique, en Belgique et à l’étranger, auprès d’étudiants et du Grand Public. Il a reçu de très nombreux prix dans de nombreux pays. Il a été lauréat des Prix Roberval 2008 et 2010 et a reçu une Mention en 2009.




Le combat contre le dopage dans le sport est-il voué à l’échec ?  Où en est la recherche ? Comment améliorer les performances humaines sans dopage ? Jusqu’à présent les contrôles effectués permettent de détecter les produits interdits (anabolisants, EPO,…). Les scientifiques cherchent, au contraire, à améliorer la récupération par des boissons capables de compenser la perte d’électrolytes due aux efforts. Désormais on évoque le dopage génétique, difficile pour l’instant à déceler. Il consiste à prélever des cellules élémentaires dans les hanches de l’individu puis de les réinjecter après modification du noyau, qui devient, une sorte de « mini-usine à EPO », processus « presque » naturel déjà utilisé dans le traitement des myopathies. Ainsi le dopage biologique pourrait devenir la prochaine cible des détecteurs de fraude.


Imprimer


Retour à l'accueil © Université de Technologie de Compiègne - Prix ROBERVAL - Nous contacter - Plan du site