prix Roberval Accueil Prix Roberval
prix Roberval Découvrir Prix Roberval
prix Roberval Évaluation Prix Roberval
prix Roberval Concours Prix Roberval
prix Roberval Palmarès Prix Roberval
prix Roberval Réseaux Prix Roberval
prix Roberval Nous contacter Prix Roberval

Japon, en route vers le futur


Jérôme TOURNIER

J’ai découvert la télévision avec les nouvelles technologies de l’information, notamment en tant que rédacteur en chef de Net Plus Ultra (Gédéon Programmes / La Cinquième) de 1996 à 1998. Ce magazine hebdomadaire montrait comment ces technologies allaient révolutionner tous les secteurs de notre vie quotidienne. Il répondait aussi aux grandes interrogations de l’époque : les êtres numériques vont-ils devenir des êtres autonomes hors de tout contrôle ? La créature qui échappe à son créateur, un spectre qui hante l’imaginaire occidental, en particulier dans le domaine de la robotique humanoïde. Au Japon, grâce à Un œil sur la planète (France 2), j’ai toutefois pu observer une approche différente. Là-bas, les robots à forme humaine sont perçus comme des amis rassurants, des partenaires indispensables pour palier au vieillissement de la population. Je collabore à Un œil sur la planète depuis 2004. Pour moi, la richesse de ce magazine de géopolitique tient au choix des angles de traitement, au temps de préparation des sujets, à sa densité en images et en informations ainsi qu’à sa construction comme un tout. Je collabore aussi en tant que réalisateur à Toutes les télés du monde (Point du Jour/ Arte), une série documentaire qui offre un regard neuf sur la planète,  et au Blogueur (Phares et balises/ Arte), un magazine sur l’Europe qui propose une nouvelle écriture télévisuelle
Jérôme Tournier.



Partager


Vincent BOUFFARTIGUE

Après des études de cinéma à l'école Louis Lumière, je me suis orienté vers le journalisme de télévision et j'ai poursuivi mes études à l'IUT de Journalisme de Tours. A l'issue de ma formation, en juin 1997,  j'ai remporté la bourse Jean d'Arçy, organisée chaque année par France 2.
Je suis donc devenu JRI, Journaliste Reporter d'Images. D'abord à la pige, puis en CDI à France 2, j'ai réalisé de nombreux reportages aussi bien pour les journaux (13h, 20h...) mais aussi pour des magazines (Envoyé Spécial, Complément d'enquête, Le magazine de la Santé, Faites entrer l'accusé, Un oeil sur la planète...) Ces reportages ont abordés tous les domaines du journalisme (société, politique, faits divers, culture...) et m'ont permis de voyager à travers une cinquantaine de pays du monde.
Depuis 5 ans, je développe également une activité d'enseignant, donnantdes cours de pratique de la caméra et de télévision à l'IUT de Journalisme de Tours et à l'IEJ de Levallois-Perret. Enfin, depuis septembre dernier, je suis chef adjoint au service JRI de France 2, alternant donc un travail de management avec mon travail plus habituel de tournage de reportages.


Partager




On connaît l’engouement des Japonais pour la robotique…
À Toyota City, au Musée de l’innovation, vous êtes accueillis par 2 robots humanoïdes. Selon le directeur de l’entreprise, le robot c’est l’avenir, le nouveau fer de lance de l’économie japonaise. On peut comparer le phénomène à celui de la voiture, devenue en un siècle, un objet du quotidien indispensable, accessible et utilisée par tous. Il prévoit que, dans un proche avenir, le remplacement de nombreux postes de travail par des robots, à partir de l'exemple du domaine de la sécurité  où les robots peuvent détecter des intrus, se déplacer, parler et se faire guider par téléphone et même interpeller des cambrioleurs !
Suit une présentation : robot de surveillance à distance, robots destinés à assurer les relations publiques dans les grands magasins, robots humanoïdes pour aider les personnes à mobilité réduite, robot top modèle, robots capables de reproduire la marche humaine ou même de courir.
On a compris, les recherches actuelles sont orientées vers l’humain, mais ces robots doivent-ils avoir une apparence humaine ? plus rassurante ? Quelle place pourront-ils occuper pour qu’on les accepte ?
Enfin les Japonais sont tout à fait prêts à partager leur vie avec les robots, ce qui n’est pas le cas pour tous les pays. Pour le journaliste, l’acceptabilité semblerait liée à la religion. Les occidentaux considèrent les tobots comme des objets, les Japonais, au contraire, les considèrent comme leurs égaux :  " objets inanimés, avez-vous donc une âme ?..."


Partager


Imprimer


Retour à l'accueil © Université de Technologie de Compiègne - Prix ROBERVAL - Nous contacter - Plan du site