prix Roberval Accueil Prix Roberval
prix Roberval Découvrir Prix Roberval
prix Roberval Évaluation Prix Roberval
prix Roberval Concours Prix Roberval
prix Roberval Palmarès Prix Roberval
prix Roberval Réseaux Prix Roberval
prix Roberval Nous contacter Prix Roberval

Quelles sont les ressources de la chimie verte ?


Stéphane SARRADE

Stéphane Sarrade est Chercheur au Commissariat à l’Energie et aux Energies Alternatives. Il est actuellement chef du Département de Physico-chimie (DPC) au sein de la Direction de l’Energie Nucléaire du centre de Saclay. Ingénieur diplômé de Polytec Montpellier en 1989, il est titulaire d’un doctorat en génie des procédés (1994) et d’une habilitation à diriger des recherches (2000), délivrés par l’Université des Sciences et Techniques du Languedoc (Montpellier II). Stéphane Sarrade travaille depuis son doctorat dans le domaine des fluides supercritiques et des procédés membranaires. Il a, à ce titre, participé au développement et à la mise en œuvre d’une membrane céramique de nanofiltration, destinée à la filtration de l’eau et des liquides alimentaires. La mise en œuvre des fluides supercritiques (CO

Cet élément ne fonctionne pas sous cette configuration.
et H
Cet élément ne fonctionne pas sous cette configuration.
O) lui ont permis de participer au développement d’éco-procédés dans les domaines de l’extraction végétale, de la mise en forme de principes actifs pharmaceutiques, de la synthèse de nanomatériaux céramiques et dans divers domaines de dépollution. En particulier, il a participé au développement du bouchon en liège DIAM, garanti sans goût de bouchon…
Impliqué dans la communication et le transfert de technologie en Chimie Verte, Stéphane Sarrade est actuellement président du Club Français et des Membranes (CFM) et de l’association Innovation Fluides Supercritiques (IFS). Il est aussi vice-président du pôle de compétitivité TRIMATEC.


Partager




Dans les pays les plus favorisées quasiment toutes les activités humaines sont liées à la chimie : chauffage, transports, énergie, loisirs, santé, alimentation. Quels sont les buts de la chimie ? Valoriser, protéger, analyser, conserver, imiter la nature. Mais la chimie porteuse de risques, comme on l'a vu lors des grands accidents industriels : Sévézo, Bhopal, AZF qui sont analysés ici. Cela conduit à penser une nouvelle chimie qui prenne en compte l'environnement, une chimie plus durable. L'auteur propose un plaidoyer pour la chimie verte telle qu’elle a été définie à la fin des années 90. Il en rappelle les douze principes pour une chimie revisitée par un raisonnement de développement durable et dans laquelle l’environnement, le social et l’économie cohabitent.  L’utilisation de la chimie verte est, ensuite, illustrée par plusieurs exemples utilisant diverses technologies comment les membranes et les fluides supercritiques. Un style clair et un vocabulaire accessible, auxquels s’additionnent de nombreuses illustrations explicatives, font de ce livre  un outil simple qui offre une vision bien concrète sur les impacts envisagés du développement de la chimie verte. L’auteur nous interpelle, pose les questions, y répond et nous invite à des pauses de réflexion. Au cœur des questions sociétales actuelles, ce livre expose le volet chimie du développement durable, de manière simple et attractive.


Partager


Imprimer


Retour à l'accueil © Université de Technologie de Compiègne - Prix ROBERVAL - Nous contacter - Plan du site