prix Roberval Accueil Prix Roberval
prix Roberval Découvrir Prix Roberval
prix Roberval Évaluation Prix Roberval
prix Roberval Concours Prix Roberval
prix Roberval Palmarès Prix Roberval
prix Roberval Réseaux Prix Roberval
prix Roberval Nous contacter Prix Roberval

Les Tetrapak


Patrice GOLDBERG

Journaliste principal, Rédacteur en chef, Auteur, Présentateur et Producteur responsable du Département Sciences de la RTBF - Télévision belge.
 
D’abord journaliste en presse écrite, il est ensuite engagé par la RTBF pour y assurer les fonctions de reporter TV et radio. Puis, présentateur de journaux parlés et Responsable d’Edition. A partir de l’an 2000, il dirige le Département Sciences et assume les fonctions de Rédacteur en chef, Producteur, Présentateur et Journaliste principal de Matière Grise. Il est en outre co-auteur de tous les films qui y sont réalisés.
                
               Désigné Meilleur journaliste scientifique de langue française tous médias confondus par l’Union Européenne, il s’est également vu décerner la Médaille d’Argent du Prix Jules Verne.
 
               Expert auprès de l’Union Européenne, il y évalue des projets de communication et de popularisation de la science. Il donne et anime régulièrement des conférences sur la vulgarisation et le journalisme scientifique, en Belgique et à l’étranger, auprès d’étudiants et du grand public. Et il participe à la constitution de jurys pour des festivals et concours internationaux consacrés à la science et à l’audiovisuel.
                
               Finaliste du Prix Descartes de Communication Scientifique de l’Union Européenne en 2004. Prix Jeunesse du Festival d’Oullins en 2004, 2005 et 2006.
               Prix Spécial du Jury du Festival International du Film d’Environnement de Kairouan (Tunisie) en 2005.
                
               Prix Spécial du Jury du Festival biennal ImagéSanté de Liège 2006.
               En co-production avec la VRT, Matière Grise a reçu le Prix du Mérite Scientifique au Festival de Sydney (Australie) en 2006 et la même année le troisième Prix de Vulgarisation Scientifique au Festival de Pékin (Chine).
               Tapis de Bronze du Festival International du Film d’Environnement de Kairouan  2006.
 
               Vainqueur du Prix Mif-Science au Festival Techfilm de Prague 2007.
               Prix du Jury du Festival Science-Réunion 2007.
               Premier Prix du Festival de Szolnok (Hongrie) 2007.
               Grand Prix du Festival de Nitra (Slovaquie) 2007.
               Meilleure Série d’Emissions Scientifiques en Europe, n° 1 au box-office du Marché International du Film Scientifique 2007.
 
Lauréat du Prix Roberval 2008.
Prix Spécial du Jury du Festival biennal ImagéSanté de Liège 2008.
Victoire au Conservation Award de Telenatura 2008 à Pampelune (Espagne).
Deux fois Premier Prix du Festival Telefilmed 2008, dans deux catégories différentes (Meilleure Emission de 30 minutes et Meilleur Reportage).
               Meilleure Série d’Emissions Scientifiques en Europe, n° 1 au box-office du Marché International du Film Scientifique 2008.
 
Mention Spéciale du Jury du Prix Roberval 2009.
Prix Spécial du Jury du Festival International du Film d’Environnement de Kairouan 2009.
Double Finaliste du Festival International du Film Scientifique de Nanjing 2009 (Chine)
Lauréat du Meilleur Reportage au Telenatura 2009 de Pampelune (Espagne).
Triple récompense au Festival Telefilmed 2009 (Premier Prix et Deuxième Prix des Emissions avec plateau, pour deux numéros différents + Prix Spécial du Jury pour un 3e reportage).
 
Prix du Meilleur Programme Scientifique au Festival Techfilm à Prague 2010.
Deux fois Dragon de Bronze à la China International Conference of Science and Education Producers, à Suzhou 2010 (Chine).
 



Partager


Felice GASPERONI

Journaliste diplômé de la section d’Information, Communication et Journalisme de l’Université Libre de Bruxelles, il est l"auteur d’un mémoire traitant de la vulgarisation scientifique télévisuelle en Italie et en Belgique. D'abord Journaliste scientifique indépendant pour différents quotidiens et magazines (Le Soir, La Quinzaine Européenne, Eurinfo, GalileoNet, RDT Info,  STREAM NEWS,  Canal Z…), il rejoint, en 2003, l'équipe du Magazine scientifique Matière Grise de la RTBFoû il est journaliste et coordinateur. Il a été récompensé par différents prix de vulgarisation scientifique (Sydney 2006, Beijing 2007, Szolnok 2007, Roberval 2009).
Il est également journaliste dans le cadre des projets européens de co-production de documentaires « European Health Information Platform – EHIP » soutenu par l’Union Européenne.


Partager




Le lait, les soupes, les jus de fruits, le vin même parfois sont de plus en plus souvent emballés dans ce que nous appelons communément des « packs ». Mais comment sont-ils construits ? Comment garantir les produits qu’ils contiennent ? On trouve ici lesrépondra à ces questions.
Pourquoi des packs ? Parce qu’on a vite constaté que, en matière de transport, dans un camion de lait par exemple, 60% du chargement était composé de lait et 40% d’emballage … alors qu’avec les emballages de type « pack », avec leur  forme de briques légères, 97 % était composé de lait et 3% seulement d’emballage, l’efficacité de ce dernier était indéniablement prouvée.
Le processus de fabrication prend en compte la nécessité de préserver la fraîcheur des aliments contenus et d’empêcher le développement de bactéries pathogènes.  Le carton est acheminé par rouleau, il est stérilisé puis mis en forme. Deux mains robotisées procèdent ensuite, en même temps, au déroulement de la feuille d’emballage stérile et à l’ensachage du produit.
Une question légitime se pose : pourquoi le carton ne ramollit-il pas ?parce que l'on insère plusieurs couches de plastique complétées par une couche d’aluminium qui protègera le produit de la lumière.
D’où vient ce carton ? Il est issu des forêts de sapins, ressource que des spécialistes gèrent pour assurer sa pérennité : les arbres âgés de 40 ans sont coupés. La partie supérieure sert de source d’énergie, la partie inférieure sert à fabriquer des meubles et la partie intermédiaire … "notre" carton. Ce bois est réduit en copeaux qui, après avoir été trempés dans l’eau bouillante, donnera la pâte à carton. Après l'abattage, les sapins sont aussitôt remplacés par de nouvelles plantations. Ainsi sont conciliés les intérêts économiques de l’Homme et ceux son environnement.


Partager


Imprimer


Retour à l'accueil © Université de Technologie de Compiègne - Prix ROBERVAL - Nous contacter - Plan du site